L'incompréhension médicale

Tout un chacun peut être confronté un jour ou l'autre à la maladie. Le plus tard possible me direz vous, je suis totalement d'accord. 

Certains ne connaîtront jamais personnellement les effets de la maladie et les méfaits de certains médicaments nécessaires pour guérir ou pour soulager la maladie.

Les individus souffrant de maladies chroniques comme ceux qui ne souffrent d'aucune maladie seront confrontés au rhume, à la grippe, à la gastro, à une rage de dent … des petits maux dont les traitements sont connus. 

Différentes maladies existent, certaines sont orphelines, d'autres méconnues voire taboues. Les maux ne sont pas les mêmes selon les maladies, selon les malades. 

 

Me concernant, je souffre de maladies invisibles et taboues.

Au fur et à mesure, le temps passe, mon corps vieillit plus vite depuis l'annonce de l'endométriose en 2009. On me trouve des diverticules, une cystite interstitielle, un polype, de l'arthrose, des discopathies, une mauvaise densité osseuse, un système immunitaire faible… Je prends des traitements pour l'endométriose, la cystite, des anti douleurs et quand mes diverticules font des leurs, des traitements pour calmer l'inflammation de l'intestin et du colon. 

 

Plus les années passent, plus je deviens un cas difficile pour les médecins. Il m'arrive parfois d'être confronter à l'incompréhension médicale.

 

Après une opération en 2015, je n'étais vraiment pas bien, j'étais très fatiguée, une interne m'a prise pour une malade imaginaire, elle s'est vivement emportée car elle ne me croyait pas. Résultat, j'avais contracté une maladie nosocomiale. 

 

Un passage aux urgences en 2017, j'avais l'impression de déranger. Je ne serais pas venue, c'était pareil. Quelques semaines après, on me retirait un polype.

 

Juin/juillet 2018, j'ai vu 3 médecins différents, 4 rendez-vous en 2 semaines, au troisième rendez-vous, miracle, le diagnostique est posé, la coqueluche. Premier rendez-vous, une rhino ?? Deuxième, une bronchite asthmatiforme.  Deux traitements qui n'ont servi à rien.

 

Juillet/Août 2018, je finis par prendre du Tramadol quelques semaines plus tard car je me suis cassée deux côtes à force de tousser. Là aussi, avant d'avoir une ordonnance pour la radio des côtes, j'ai du passer pour une emmerdeuse. Pareil pour demander l'ordonnance de consolidation. Je n'ai même pas demandé l'ordonnance pour vérifier la densité osseuse car je demandais la lune à priori. Je me suis arrangée autrement. 

 

Décembre 2018, j'en ai marre des médecins, des annonces tous les ans d'un nouveau mal. Je souffre de nouveau, je passe par plusieurs étapes, maux de tête violents, tachycardie, grosse fatigue, un peu de fièvre, des frissons, puis de vives douleurs qui augmentent chaque jour. Je vois mon médecin, je n'y serais pas allée, cela n'aurait rien changé, deux jours plus tard, je pars aux urgences après une semaine de doute, de douleurs … Presque une semaine plus tard, je n'ai pas tous les résultats d'analyse. Une grosse inflammation, mes diverticules à priori !! De moi-même, je me suis mise au régime sans résidu. Je suis de nouveau sous Tramadol.

Aux urgences, j'ai été soignée avec respect et compréhension. Par contre, je vais changer de médecin traitant qui n'a rien compris à l'endométriose, à mes pathologies, à ma douleur chronique, à ma fatigue chronique, à mon système immunitaire défaillant… 

 

Changer la mentalité de ceux qui méconnaissent les maladies invisibles et taboues passent avant tout par le corps médical, croyez-moi !